S’approprier la terre : du libéralisme au néocolonialisme

May 6th, 2019

Depuis la crise financière de 2008, la terre agricole s’impose de nouveau sur les marchés internationaux comme un placement lucratif. Si nombre d’investisseurs sont à la recherche d’une rentabilité intéressante, on observe aussi dans cette course à l’achat de terres arables de nouveaux acteurs et de nouveaux enjeux : après les businessmen de l’agroalimentaire sont arrivés les fonds d’investissement, les fonds souverains puis les états.

Ainsi, apparaissent, ou plutôt réapparaissent, de véritables stratégies d’accumulation du capital foncier avec leurs cohortes de tensions et de rivalités. Alors comment l’approvisionnement agricole s’impose-t-il comme un enjeu de sécurité nationale et de souveraineté ? L’acquisition de fonciers agricoles relève-t-il de logique purement économiques ou de rapport de domination entre états ?

Qui sont les gagnants et les perdants de ce nouveau grand jeu ? Combien de temps encore pourra-t-on laisser courir cette marchandisation des terres ? Existe-t-il des tentatives de réguler ce commerce mondial pas tout à fait comme les autres ?

Une émission préparée par Marguerite Catton.

Ecoute maintenant.


Appropriating the Earth: From liberalism to neo-colonialism

This podcast, which cite's the Land Matrix's Ward Anseeuw, a renowned expert on the subject and a Senior Technical Specialist at the International Land Coalition (ILC), discusses issues around land acquisition and how agricultural land has reappeared on international markets as a lucrative investment since the financial crisis of 2008. The programme, prepared by Marguerite Catton, points out that, besides investors looking for profitability, there are also new players and new stakes: agri-food businessmen, investment funds, sovereign funds, and national governments are now part of the game as well. Thus appear, or rather reappear, real strategies for accumulation of land capital with their cohorts of tensions and rivalries. So how does agricultural supply impose itself as a national security and sovereignty issue? Is the acquisition of agricultural land a purely economic logic or a relationship of domination between countries? Who are the winners and losers of this new great game? How much longer will we be able to let this land merchandising run? Are there any attempts to regulate this world trade not quite like the others?

Listen here (in French).